Améliorer la lutte contre l’habitat indigne

habitat indigne

Le 4 octobre, Pierre Jarlier, vice-président de l’Association des Maires de France, présidait aux côtés de Sylvain Mathieu, Délégué interministériel pour l’hébergement et l’accès aux logements (DIHAL)  une table-ronde intitulée « lutte contre l’habitat indigne, quels enjeux pour le maire et le président d’intercommunalité ».  Pierre Jarlier pilote en effet depuis plusieurs mois, au nom de l’AMF et en lien avec le DIHAL, un groupe de travail sur la question de l’habitat indigne.  L’objectif : formuler différentes propositions permettant de faire évoluer la législation sur ce sujet tant en matière de repérage des situations d’habitat indigne que des capacités d’intervention du maire ou encore concernant la coordination des différents acteurs.

On estime qu’environ 420.000 logements du parc privé occupé en métropole et 70.000 logements dans les Départements d’Outre-Mer entrent dans le champ de l’habitat indigne.  Par habitat indigne, il faut entendre tout local mis à disposition alors qu’il est par nature impropre à un usage d’habitation ou qu’il présente des risques manifestes pour la sécurité physique et la santé de ses occupants ou des tiers.

A l’occasion de cette table ronde, Pierre Jarlier a notamment souligné la nécessité d’améliorer le repérage des situations indignes et de donner aux élus les moyens d’intervenir. Pour cela, les communes ou intercommunalités doivent pouvoir embaucher des agents qualifiés pour réaliser les visites et le suivi des situations d’habitat indigne. Une simplification de l’organisation institutionnelle, administrative et juridique est également indispensable tout comme une meilleure coordination des différents acteurs.

Les travaux du groupe de travail donneront lieu à un guide et à des propositions qui seront diffusés d’ici quelques semaines.

Pour en savoir plus :

Aucun commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE